top of page
Rechercher
  • nch4128

La colère, une émotion souvent mal vécu


La colère est une émotion, elle fait partie des 5 émotions primaires.

Elle est l’expression d’un besoin non satisfait, d’une frustration.

La colère est donc constructive et réparatrice, il s’agit d’un mécanisme d’auto-défense. C’est une réaction saine de gestion de la frustration, ou d’une atteinte de l’intégrité personnelle. La colère est une émotion vitale et absolument nécessaire. Elle doit être respectée, et entendue comme un signal d’alarme.

Quand un enfant est en proie à la colère, au stress ou à la frustration, la partie “rationnelle” de son cerveau est déconnectée. On doit en premier lieu l’accompagner pour lui permettre de faire retomber la tension lié à cette émotion.

L’enfant doit comprendre qu’il peut exprimer sa colère mais que la violence ne sera pas admise. Le besoin incompris de l’enfant, l’emmènera vers des comportements colériques ou à l’inverse, il peut choisir de se replier sur lui-même, il va enfouir les raisons de cette colère au fond de lui. L’émotion restera alors ancré dans son corps et ressortira sous une forme ou sous une autre plus tard dans son enfance, à l’adolescence ou à l’âge adulte (violences envers autrui ou soi-même, maladies, dépression, etc).

Les deux principales raisons de la colère chez l’enfant sont la non satisfaction de ses besoins primaires (alimentation, sommeil, température/confort, santé, activités physiques) et/ou son réservoir affectif qui n’est pas assez plein.

Comment gérer sa propre colère vis-à-vis de l’enfant ?


Il existe de nombreuses méthodes permettant à l’adulte de gérer sa colère.

Faire attention aux signes physiques de la colère, afin de la sentir monter et de réagir avant de dire ou de commettre quelque chose de regrettable et d’irréparable ;

Faire une pause et prendre le temps de respirer, si cela ne suffit pas reconnaître sa colère et s’isoler pour l’exprimer.

Comment accueillir les colères de l’enfant ?

Garder son calme.


Apaiser l’enfant et entendre ce qui l’a mis en colère, le laisser l’exprimer ou l’aider par des mots. Nommer l’émotion pour une meilleur compréhension et lui permettre d’apprendre de ses expériences.


Etre réellement présent avec lui. Faire faire une pause à notre mentale et se détacher des multiples choses que nous avons à faire en tant que parent. Cela prend du temps sur le moment mais ce sera pour l’avenir, un gain de temps et d’énergie.

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page